Compagnie L'Air de Rien | Toutes les Nouvelles – Ils se sont mis dans la peau des Poilus
17595
post-template-default,single,single-post,postid-17595,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Toutes les Nouvelles – Ils se sont mis dans la peau des Poilus

Toutes les Nouvelles – Ils se sont mis dans la peau des Poilus

Il y a 100 ans, le premier conflit mondial s’achevait. Le 17 mai, à l’Espace Jean-Racine de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, les élèves de troisième, scolarisés au collège du Sacré-Cœur de Versailles, associés à leurs homologues du Mesnil-Saint-Denis, proposeront au public leur spectacle Le Grand Festin, écrit et monté par le metteur en scène Guillaume de Moura.

Projet participatif

Le metteur en scène intervient chaque année pour des projets artistiques et pédagogiques au sein des établissements catholiques de Versailles, le Sacré-Cœur et Grandchamp. Le centième anniversaire de la guerre 1914-1918 était l’occasion de monter un projet scolaire d’une ampleur inégalée.

« C’est un travail inter-établissements, qui associe les deux établissements de Versailles, mais aussi le collège Sainte-Thérèse du Mesnil-Saint-Denis et l’institut de l’immaculée à Evreux », se réjouit Marie-Laure Cartier, directrice du Sacré-Cœur.

Depuis l’automne dernier, les troisièmes du Sacré-Cœur travaillent  sur un projet dénommé Voix (re)Tranchées,dont le premier aboutissement est une exposition présentée dans les locaux du collège, après un passage à Grandchamp. Un vernissage était organisé lundi 30 avril, à destination des parents.

Le public versaillais pourra découvrir ces travaux lors du salon Histoire de Lire cet automne, puis lors d’une exposition consacrée au centenaire de la Grande Guerre, du 2 au 19 novembre 2018 à la mairie.

Pluridisciplinaire, Voix (re)Tranchées a vu les jeunes se mettre dans la peau des Poilus, pour écrire des lettres du front. « C’est un jeu de rôles qui a beaucoup plu aux jeunes, qui ont correspondu avec les élèves des autres établissement s», expliquent Virginie, Caroline et Fanny, professeurs référents du projet.

 

Message de paix

Une Bande dessinée a été produite, les élèves, par groupes, produisant une planche.

L’exposition présente un travail compilé sur quatre totems, doublée de la publication d’un épais ouvrage, tiré à 2 500 exemplaires et disponible à la librairie La Vagabonde de Versailles, (éditions Tiret du 6).

« Nous nous sommes plongés dans l’horreur des champs de bataille, en essayant d’imaginer ce que cela pouvait être. Loin de leurs familles, manquant de nourriture, avec la peur constante de la mort, nous avons découvert l’horreur de la guerre au travers des Poilus. », analyse Konstantin, élève de 3°.

Pour les jeunes, la guerre a désormais un visage « atroce », disent Rémi et joseph.

« C’est un beau message pédagogique, de paix et d’espérance », soulignent Marie-Laure Cartier et Guillaume de Moura.