Compagnie L'Air de Rien | Europe 1 – Commémorations du 8-Mai : que représente aujourd’hui le patriotisme ?
17604
post-template-default,single,single-post,postid-17604,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Europe 1 – Commémorations du 8-Mai : que représente aujourd’hui le patriotisme ?

Europe 1 – Commémorations du 8-Mai : que représente aujourd’hui le patriotisme ?

Journaliste François Geffrier: Vous, vous êtes rendus à Evreux, en Normandie, là où le Ministre de l’économie et des finances, Bruno Lemaire, inaugure justement ce matin une rue au nom du Colonel Arnaud Beltrame.

Journaliste Victor Dhollande :Oui, une plaque de rue très sobre : « Rue du Colonel Arnaud Beltrame – Officier de gendarmerie, mort pour le service de la nation ». Des jeunes collégiens et des anciens combattants participent aujourd’hui aux commémorations du 8 mai. Eloise et Solal ont toutes les deux 15 ans, pour elles c’est important d’être là :

Collégiennes :

« Pour moi, c’est un héros, parce que ce qu’il a fait, n’importe qui n’aurait pas été prêt à le faire. »

« On se doit de rendre hommage en mettant cette plaque, on se doit de rendre hommage aux gens qui ont donné leur vie, non seulement pour sauver celle de quelqu’un d’autre, mais aussi pour défendre notre pays en soi. »

« C’est obligé de nous toucher. Aujourd’hui le patriotisme c’est ça. »

François Geffrier : Victor, dans son discours aux Invalides, Emmanuel Macron a eu ses mots : « Le sacrifice d’Arnaud Beltrame nous oblige et nous élève. » Et manifestement, ces mots ont fait mouche chez beaucoup.

Victor Dhollande :Oui, et quelle que soit la génération. Des anciens combattants aux jeunes générations, tous m’ont confié avoir été très marqués par le discours du président. Emmanuel Macron aimerait d’ailleurs que les jeunes générations s’appuient sur ce symbole pour défendre et se réapproprier le patriotisme. « Ce thème a été abandonné à l’extrême-droite depuis de trop nombreuses années », estime Christine Méron, enseignante de Français, pour elle l’importance est de trouver les bons mots :

Christine Méron :C’est vrai qu’aujourd’hui le mot patriotisme est teinté idéologiquement. Mais en fait, dans le mot patriotisme, il y a le mot patrie et peut-être que c’est ça (…) ou le mot France. Peut-être que c’est ça qu’il faudrait déjà défendre.

Victor Dhollande :Défendre la France et insister sur le devoir de mémoire, rappeler les horreurs des conflits armés et donc ne plus les reproduire. Georges Savane a fait la guerre d’Algérie, il donne de son temps pour transmettre son histoire aux jeunes générations

Georges Savane :Je participe régulièrement à des voyages ou à des colloques, pour leur expliquer ce qu’il s’est passé en Algérie ou même certaines résistances, qui se sont déroulées avant.

Collégiennes :

« Bah oui c’est important parce que c’est l’histoire notre pays, ils ont combattu pour notre pays, pour la patrie. »

« C’est la mémoire. »

Victor Dhollande :Un devoir de mémoire que ces jeunes sont prêts à assumer. Les anciens combattants notent d’ailleurs qu’ils sont de plus en plus nombreux et impliqués dans les commémorations.