Compagnie L'Air de Rien | ECA – Voix (re)Tranchées
17581
post-template-default,single,single-post,postid-17581,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

ECA – Voix (re)Tranchées

ECA – Voix (re)Tranchées

Labellisé par le ministère de la Défense, un travail de mémoire pluridisciplinaire et multi-établissements sur la guerre de 14-18 se décline en une série de réalisations artistiques ambitieuses… Le projet implique directement 700 élèves de l’enseignement catholique des Yvelines et de l’Eure et 33 de leurs professeurs mais impacte l’ensemble de la communauté éducative de ces établissements.

Vivre les commémorations de 14-18… de l’intérieur, c’est l’invitation faite aux élèves de quatre établissements des Yvelines et de l’Eure : l’institut de l’Immaculée, à Évreux (27), les collèges du Sacré-Cœur à Versailles (78) et de Sainte-Thérèse au Mesnil-Saint-Denis (78) ainsi que le lycée Notre-Dame de Grandchamp, à Versailles (78).

Au total, quelque 700 élèves et 33 de leurs professeurs de diverses disciplines, sont directement investis dans une trentaine de projets très variés : enquêtes sur les monuments aux morts, exposés sur les avancées en matière de médecine, de chimie et de télécommunication, réalisation de maquettes d’avions, visionnages de films documentaires… L’ensemble des domaines travaillés dans diverses matières est réinvesti et mis en perspective à travers des propositions de créations artistiques.

Celles-ci prennent tout d’abord la forme d’un vaste échange épistolaire trilingue en forme d’un jeu de rôle où les élèves endossent l’identité d’un personnage d’époque vivant en France, en Grande-Bretagne ou en Allemagne : une femme de soldat faisant tourner la ferme, un poilu, une jeune fille travaillant dans une usine d’armement… Cette correspondance fictive donnera lieu à la publication très prochaine d’un recueil. Parallèlement, une exposition itinérante ainsi qu’un spectacle de théâtre seront montés d’ici la fin de l’année.

« Il s’agit de mettre les élèves en situation d’approcher de manière sensible des événements qui relèvent, sur leur curseur chronologique personnel de la préhistoire ! Ainsi, ils sentent, ressentent ce que furent l’horreur des tranchées, la cruauté des combats, la solidarité entre ennemis, le désespoir, la douleur et le chagrin des soldats et de leurs familles», explique Christine Méron, enseignante de français à Sainte-Thérèse au Mesnil-Saint-Denis et auteur qui, avec l’artiste Guillaume de Moura, orchestre la dimension esthétique du projet.

«Récemment labellisé par le ministère de la Défense, ce travail de mémoire pluridisciplinaire et multi-établissements sur la guerre de 14-18 n’en a pas fini de retentir !» s’enthousiasme Emmanuelle Vandroux, chef d’établissement de Notre-Dame de Grandchamp, à Versailles, séduit par l’envergure et l’originalité d’un tel projet : « En effet, le 11 novembre prochain, les élèves et les maîtrisiens du Sacré Cœur et de Grandchamp animeront la messe à la cathédrale Saint-Louis de Versailles avec les corps constitués et l’évêque Monseigneur Aumonier. »

Citoyenneté, humanisme, partage de valeurs communes… cette entreprise qui participe à forger une conscience historique chez les jeunes et à la sédimenter par l’expérience artistique illustre bien le souci de l’enseignement catholique de former les élèves qui lui sont confiés dans l’intégralité de leur personne, dans toutes leurs dimensions. »