Compagnie L'Air de Rien | Toutes les Nouvelles – 700 élèves réunis pour participer au centenaire de la Grande Guerre
17592
post-template-default,single,single-post,postid-17592,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Toutes les Nouvelles – 700 élèves réunis pour participer au centenaire de la Grande Guerre

Toutes les Nouvelles – 700 élèves réunis pour participer au centenaire de la Grande Guerre

Un livre, une exposition et un spectacle. Voici ce à quoi ont travaillé près de 700 élèves, de Versailles à Evreux, dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre. A l’origine du projet, un Versaillais, Guillaume de Moura, de la Compagnie l’Air de rien.

Le projet a été baptisé Voix (re)Tranchées. Ce dernier regroupe plus de 700 élèves de Versailles à Evreux, autour du centenaire de la Grande Guerre. Ce sont deux professeurs, Christine Méron et Guillaume de Moura, ce dernier étant également à la tête de la compagnie l’Air de rien, qui sont à l’origine du projet.

Lycéens et collégiens

« Je travaille au Collège du Sacré-Cœur de Versailles ainsi qu’au Lycée Notre Dame-du-Grandchamp, raconte Guillaume de Moura. On s’est dit que l’on se ferait bien un projet. Je travaille aussi au Collège Sainte Thérèse au Mesnil Saint Denis… Quant à Christine Méron, elle travaille à l’Institut de l’Immaculée d’Evreux, je la connais depuis longtemps. »

Et voici comment Voix (re)Tranchéesregroupe près de 700 élèves, lycéens et collégiens. « Au départ, on devait juste créer un spectacle » poursuit le versaillais. Au final, il y aura donc une exposition, un livre sorti le 7 avril et un spectacle qui sera donné en juin au Théâtre Montansier, autour du thème des lettres de Poilus.

Un livre de 350 pages

Guillaume de Moura est en effet aussi le créateur de la maison d’édition Tiret du 6 : « L’idée était de faire un échange entre deux ou trois classes. Nous l’avons proposé aux professeurs des différents établissements. Au final, une grande majorité a souhaité participer et pas seulement les enseignants d’Histoire. Nous avons réuni toutes les disciplines, des mathématiques à la technologie en passant par le français mais aussi les langues vivantes. « Les collégiens ont ainsi écrit des lettres en se mettant dans la peau de « personnages d’époque » : un soldat ouvrier en usine, une cantatrice marraine de guerre etc. « Une sorte de jeu de rôle » qui a donné pas moins d’une centaine d’échanges, publiés dans le livre Voix (re)Tranchées.

« Le livre fait 350 pages , s’enthousiasme le créateur de la Compagnie l’Air de rien. Il y a des bandes dessinées, des tableaux, des collages, des frises chronologiques. Avec les élèves du lycées Notre-Dame-du-Grandchamp, nous avons travaillé sur les personnages importants de la guerre en Angleterre. Des messages en morse réalisés dans le cadre des cours physique/chimie sont présents, énumère Guillaume de Moura. En plus, tous les projets réalisés par les collèges entrent dans le cadre du programme, c’était important pour nous. Tout ce qui est dans ce livre est donc pédagogique. »

De ce livre est aussi née une exposition qui est actuellement au Lycée Notre-Dame-du-Grandchamp. Elle présente les projets phares du livre et sera itinérante dans les différents établissements participants, jusqu’à la fin de l’année scolaire. En novembre, elle reviendra à Versailles, à la mairie cette fois.

Un spectacle

Le point d’orgue de tout ce travail sera la représentation du spectacle créé dans le cadre de la Mission du Centenaire, Le Grand Festin. L’histoire d’un pou, d’un rat et d’un corbeau, perdus dans un no man’s land et qui repèrent au même moment une seule et unique proie. Ils vont décider de se battre pour l’avoir. « Ces animaux, sont ceux dont les Poilus parlent tout le temps dans leurs lettres, » explique Guillaume de Moura. Chorégraphies et lectures seront au programme de ce spectacle qui réunira sur scène 70 élèves mais en fait dix fois plus car il est le fruit d’un projet hors-normes. F .C