Compagnie L'Air de Rien | Le projet pédagogique
17354
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17354,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

LE PROJET PEDAGOGIQUE DE LA COMPAGNIE

Nous ne sommes pas des enseignants, ni des éducateurs, ni des animateurs. Nous sommes des metteurs en scène. Et nous faisons de la création. Seule particularité : nos interprètes sont vos jeunes.

 

La Compagnie l’Air de Rien organise depuis plus de 5 ans des ateliers à dominante théâtrale en milieu scolaire et milieu associatif. Ces ateliers sont destinés à des jeunes répartis en groupe d’âge ou de niveau scolaire.

Tous les ateliers sont animés par des professionnels du spectacle vivant : comédiens, metteurs en scène, chanteurs, danseurs et chorégraphes… La Compagnie l’Air de Rien attache une importance au choix d’intervenants ayant une pratique professionnelle de leur art. Leur implication quotidienne dans le monde professionnel du spectacle vivant est essentielle afin de permettre à l’enseignement proposé d’être en cohérence avec l’actualité artistique et les méthodes de travail contemporaines. Leur créativité étant continuellement sollicitée dans des productions artistiques, les intervenants restent ainsi dans une démarche active de créateur auprès des jeunes. Dans un monde culturel en perpétuelle évolution, leur enseignement ne repose pas sur des conceptions, des acquis artistiques, des modes d’expressions révolus. Enfin l’appartenance des intervenants au monde professionnel du spectacle vivant, évite toute dérive dans leur travail en faisant passer leur créativité artistique avant l’épanouissement artistique des jeunes.

« La nécessité d’une véritable éducation artistique relève de la capacité d’offrir la possibilité de l’expérience artistique, l’exercice pur et simple d’une pratique, tout en permettant l’accès au Savoir. L’éducation artistique touche à la sensibilité des néophytes, à leur développement profond, social, créatif comme citoyen. »

Jacques Baillon (Directeur du Centre National du Théâtre).

Les ateliers Spectacle Vivant ne sont pas une thérapie. Ils n’ont pas pour objectif de résoudre des problèmes psychiques et physiques du jeune participant à l’atelier. Les intervenants ne sont pas des art-thérapeutes. L’unique objectif des ateliers est la découverte et le développement des capacités artistiques de chaque jeune. Cette découverte et ce développement peuvent amener le jeune à acquérir des outils afin de travailler sur lui-même, sur sa timidité, ses angoisses, sa démarche… mais ce travail n’est en aucun cas l’objectif de l’atelier.

 

 

Découverte et développement artistique

Pour beaucoup, le théâtre est avant tout un écrit qu’il suffirait de bien comprendre – au sens académique – et de bien dire. Mais dire n’est pas jouer. Parler est plus que réciter. Et mettre en scène n’est pas forcément aider à comprendre, mais avant tout à ressentir.

Jacques Baillon (Directeur du Centre National du Théâtre).

La Compagnie l’Air de Rien est convaincue que les capacités créatives sont innées. Chacun possède en lui un potentiel créatif, une imagination et un besoin d’expression corporelle et orale dès sa naissance. C’est avec la construction de l’adulte qu’apparaît la prise de recul sur soi-même, qui engendre souvent l’effacement de l’expressivité naturelle de l’être humain pour entrer dans des codes sociétaux, dans un conformisme nécessaire à l’évolution dans la société actuelle. Cet effacement peut aller jusqu’au refus de sa personnalité, la non acceptation de son corps mais aussi de son esprit. Le fait de ne plus permettre à sa propre expressivité, à sa personnalité, de s’exprimer entraine au fil des années une diminution des capacités imaginatives et créatives. Cependant, ces capacités ne disparaissent pas, elles sont seulement annihilées. Or elles sont nécessaires au développement humain de chacun, à son équilibre et à son efficacité scolaire puis professionnelle, quel que soit le métier exercé.

De cette analyse, le développement de sa propre expressivité (en passant parfois par une redécouverte de cette expressivité) permet de maintenir puis de nourrir, de cultiver ses capacités créatives grâce à la stimulation continue de son imaginaire.

La proposition des ateliers Spectacle Vivant de la Compagnie l’Air de Rien est une des solutions pour développer sa propre expressivité. Les ateliers Spectacle Vivant travaillent sur le développement de la personnalité à travers le spectre de l’expression artistique propre au spectacle vivant.

Le spectacle vivant regroupe un ensemble d’arts à la fois visuels et auditifs mettant au centre de leur travail l’être humain. C’est donc un outil particulièrement complet puisqu’il implique à la fois l’expressivité corporelle et l’expressivité vocale du praticien. Cette implication est renforcée par le fait que l’unique instrument du praticien est son propre corps et sa propre voix.

 

Expressivité et imaginaire

Pour développer son expressivité, le praticien ou artiste, a besoin de créer des univers, de raconter des histoires, d’être quelqu’un d’autre que lui-même afin de découvrir totalement ses capacités. Cette création ne peut se faire que grâce à l’imaginaire de l’artiste. Le développement de l’expressivité ne peut donc se dissocier du développement de l’imaginaire. L’imagination, comme les différents modes d’expression, est innée. Elle s’amenuise, voire s’éteint avec les années, par peur d’oser l’exprimer. L’imagination, ou construction de l’imaginaire, passe par le rêve et le fantasme.

Stimuler l’imagination peut se faire de nombreuses manières, la curiosité étant un des outils les plus efficaces à cette stimulation.

De par sa nature, le spectacle vivant sollicite continuellement l’imagination (du spectateur comme de l’acteur). La pratique du spectacle vivant participe donc à l’accroissement de ses capacités imaginatives, énergie indispensable au développement de sa créativité.

 

 

Développement artistique et groupe

Le développement de son expressivité et de son imagination ne peut s’envisager dans un travail solitaire. C’est la confrontation de son expression et de son imaginaire au regard des autres qui permet de sceller leur progression.

Cette confrontation se fait d’abord avec le groupe de praticiens avant d’avoir lieu avec un plus large public. Cette première étape est indispensable. Le groupe d’artistes, qui par l’habitude de leur pratique commune apprend à se connaître, est un lieu de confiance, où l’artiste peut se tester, douter… La confrontation au public n’est qu’une étape ultérieure au travail en groupe, une étape nécessaire mais non obligatoire.

C’est aussi grâce au travail en groupe que le praticien prend conscience de l’importance de la confiance des uns envers les autres afin que puisse avoir lieu cet échange d’expressivités, cette communication entre les imaginaires essentielle au développement de sa propre créativité. Les capacités créatives de chacun sont nourries par les idées des autres, dont on prend connaissance par l’observation des autres.

Cette confiance ne peut s’instaurer qu’en attachant une attention toute particulière à l’acceptation et au respect du corps et de l’esprit de l’autre.

 

 

 

L’objectif des ateliers Spectacle Vivant, la découverte et le développement des capacités artistiques de chaque jeune, inclut donc quatre objectifs sous-jacents :

  • découvrir et accepter son corps et son esprit;
  • développer son imaginaire;
  • faire travailler la mémoire et la concentration du corps et de l’esprit;
  • respecter le corps et l’esprit de l’autre.

La pratique du spectacle vivant permet d’atteindre ces quatre objectifs par trois moyens qui lui sont propre :

  • la technique corporelle,
  • la technique vocale,
  • la technique du jeu.

L’apprentissage et la pratique de ces trois techniques se fait de manière progressive, suivant l’âge du jeune : de la prise de conscience de son propre instrument jusqu’à son perfectionnement.

 

Chaque projet réalisé se déroule en trois parties, quel que soit le nombre d’heures qui lui est consacré :

  • La rencontre: lieu de rencontre entre l’intervenant et les praticiens. C’est lors de cette ou ces premières séances que les jeunes découvrent ce qu’est une démarche artistique au travers d’exercices ludiques. Ces exercices ne sont pas conditionnés par le type de projet final. Ils ont pour but d’aborder la pratique corporelle et vocale du spectacle vivant, de découvrir le groupe et l’intervenant. C’est aussi le moment de compréhension des méthodes de travail utilisées par l’intervenant.
  • L’expérimentation : en vue des représentations du projet final, le moment de l’expérimentation est un temps préparatoire aux répétitions. Les praticiens abordent des exercices spécifiques qui permettront d’aborder les répétitions avec un premier bagage technique et artistique.
  • La réalisation : c’est le temps propre aux répétitions et aux représentations du spectacle.