Compagnie L'Air de Rien | La Nouvelle République – Des contes joués du meilleur effet
16436
post-template-default,single,single-post,postid-16436,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

La Nouvelle République – Des contes joués du meilleur effet

La Nouvelle République – Des contes joués du meilleur effet

 

Le jardin du cloître pour recevoir « Le Chat botté », « Les Fées », « Cendrillon » et son prince : le décor était idéal.

Dimanche, en fin d’après-midi, Nacel-Nouvelles Aspirations culturelles en Lochois a présenté des « Contes » de Perrault dans une version théâtrale créée spécialement pour la compagnie L’Air de rien. Dans ce spectacle, la conteuse est accompagnée d’un comédien et d’une comédienne qui représentent les personnages en jeu au cours des récits.

L’idée, originale, donne, par la forme dont elle est exploitée, un souffle nouveau et vivifiant aux contes. L’intérêt nouveau pour des histoires connues de tous depuis l’enfance réside dans un heureux contraste.
La conteuse, élégante dame du XVIIe siècle, est assise sur un fauteuil et lit posément, au mot près, les textes de Perrault. En regard à cette attitude convenue, les comédiens interprètent avec fantaisie et impertinence les personnages qu’ils suggèrent.

Elle est en habits colorés, ils sont en simples tenues noires. Elle fait usage du langage
relevé de l’auteur, ils parlent la langue populaire d’aujourd’hui. Elle a du maintien, ils gesticulent.
Cadeau supplémentaire au spectateur : les vêtements noirs laissent à chacun le loisir d’habiller les personnages selon sa propre imagination.

Cette création très réussie est l’œuvre de Christine Méron pour les dialogues ajoutés,
de Guillaume de Mura pour une mise en scène au rythme élégant, d’Alice Raingeard, Marion Champenois et Boris Ravaine pour une interprétation juste et si vivante, de Rémy Ardaillon et Sébastien Collinet pour de subtiles touches musicales. C’est classe !