Compagnie L'Air de Rien | La Voix du Nord – La Coupole à Helfaut : « Un sommeil de plomb » raconte Wernher von Braun sur les planches
16494
post-template-default,single,single-post,postid-16494,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

La Voix du Nord – La Coupole à Helfaut : « Un sommeil de plomb » raconte Wernher von Braun sur les planches

La Voix du Nord – La Coupole à Helfaut : « Un sommeil de plomb » raconte Wernher von Braun sur les planches

Après avoir accueilli « Churchill, la décision qui sauva le monde » à l’été 2014, La Coupole, à Helfaut, coproduit six représentations d’« Un sommeil de plomb », sur Wernher von Braun, l’homme qui a inventé les fusées V2. La première, c’est vendredi 14 août, et c’est complet.

Pionnier dans la course à l’espace dans les années trente, Wernher von Braun est à l’origine des missiles V2 qui auraient dû être lancés depuis le bunker érigé par l’armée allemande à Helfaut – devenu La Coupole – pendant la Seconde Guerre mondiale pour bombarder Londres. Dans Un sommeil de plomb, la pièce coproduite par La Coupole, la compagnie L’Air de rien retrace une partie de la vie de l’ingénieur allemand en posant cette question : comment trouver le sommeil quand on a fait ça ?

La moitié du dôme consacré à l’œuvre théâtrale

La bande sonore résonne dans les galeries de La Coupole. « On voulait que le spectacle commence dès l’entrée sous le dôme », explique Guillaume de Moura, metteur en scène de la pièce. Après avoir franchi les 42 mètres qui séparent les galeries du dôme, lundi 10 août, on accède à la scène encore en préparation. Une quinzaine de personnes sont sur le pont pour préparer les décors, éclairages et sonorisation. « On va pouvoir accueillir plus de 110 personnes par représentation », se réjouit Julien Duquenne, directeur de La Coupole. Alors que les décors sont encore bruts, Guillaume de Moura imagine déjà le rendu final, « On s’inspire du style BD. » Tout au long de la représentation, trois écrans feront défiler des images, « mixées en live avec les sons », poursuit Julien Duquenne.

La journée à Moulle, le soir sous le dôme

Nous assistons à une partie de la répétition, sous le dôme quand le musée est fermé. « En journée, nous sommes à Moulle pour travailler », explique un comédien. Changement d’univers par rapport à une salle de théâtre. Face à nous les comédiens, une partie du décor, mais aussi la fusée V2. Répartie en trois parties, la scène illustrera le bureau du rédacteur en chef du journal, le laboratoire de von Braun et la studette de la journaliste qui donne la réplique à l’ingénieur. Autour des trois acteurs, un danseur illustre les propos des comédiens. Les vidéos défilent dans le décor et les sons résonnent sous le dôme de béton.

« On n’est pas là pour faire une conférence, ou de l’histoire, commente Guillaume de Moura. Il faut que la pièce soit plaisante et compréhensible pour tous. »

20150814-VON-voixdunord