Compagnie L'Air de Rien | Versailles+ – « Ce nouveau mandat est pour moi encore plus enthousiasmant que les précédents » – Jean Daniel Laval
17091
post-template-default,single,single-post,postid-17091,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Versailles+ – « Ce nouveau mandat est pour moi encore plus enthousiasmant que les précédents » – Jean Daniel Laval

Versailles+ – « Ce nouveau mandat est pour moi encore plus enthousiasmant que les précédents » – Jean Daniel Laval

Toc, toc, toc. Les trois coups n’ont pas encore retenti mais tout le monde attend déjà avec impatience le levé de rideau pour découvrir qu’elle compagnie foulera le plancher du théâtre Montansier dès juin 2013, et jusqu’en 2018.

Lors de son appel d’offre en juillet 2012, le propriétaire du théâtre municipal, la mairie de Versailles, a remis en jeu la délégation de service public. Car le 31 mai 2013, le mandat de la compagnie de la Reine dirigée par Jean-Daniel Laval, 56 ans, arrivera à échéance. Alors, dernière tirade pour l’équipe en place depuis 12 ans ou bien n’ont-ils pas fini de donner la réplique rue des réservoirs ?

« Le Théâtre Montansier fait partie de nos vies »

La pièce n’est pas finie et elle se joue en plusieurs actes. Le premier s’est achevé fin septembre 2012 avec le dépôt de candidatures. Quatre dossiers sont alors été envoyés devant la commission d’appel d’offres. Très peu comparé à la procédure similaire en 2000, où « il y avait une quarantaine de candidatures pour le Montansier, rappelle Jean-Daniel Laval, qui ajoute, si je pars, il y en aura le même nombre ». Selon lui, sa candidature dissuade »des collègues » de postuler. Il se dit surpris par l’intérêt médiatique. « Ce nouveau mandat est pour moi encore plus enthousiasmant que les précédents » confie le maître des lieux. Jean-Daniel Laval désire «  persévérer avec cette outil qu’on connait », mettant en avant « des records de fréquentation ». Il prévient ses concurrents : « Il faut qu’ils courent vite, parce que je ne m’estime pas tout à fait fini ». A l’attrait du sang neuf, il rétorque qu’à Versailles, «  la longévité, c’est du plus car c’est un lieu conservateur de patrimoine, et qu’on a besoin d’installer des choses sur la durée »

Avec celui de la Compagnie de la Reine, va aussi être passé au crible, le projet de la Compagnie l’Air de Rien, créée en 2005 et codirigée par les natifs de Versailles, Alice Raingeard et Guillaume De Moura. La décision de se lancer dans l’aventure « a été presque évidente, expliquent-ils, en confiant « Le Théâtre Montansier fait partie de nos vies, on y a joué ! ».

La troisième candidature est celle de Geneviève Dichamp, chargée de la direction artistique du Théâtre Alexandre Dumas à Saint-Germain en Laye. Contactée par la rédaction, elle préféré ne pas communiquer durant la procédure de sélection. La mairie avait rappelé par courrier aux prétendants, l’obligation de confidentialité durant la procédure d’appel d’offres.

Dernier protagoniste de la pièce : Nicolas Rigas, le directeur du Théâtre du Petit Monde, dans le 11ème  arrondissement à Paris. Interrogé, le comédien glisse que « cela fait des années que j’y pense », ajoutant que « Versailles est une ville qui aime les arts et je vais là où l’art est défendu ». Diriger le Théâtre Montansier serait « un retour aux sources » pour Nicolas Rigas qui a travaillé avec Marcelle Tassencourt, directrice du théâtre durant 32 ans entre 1962 et 1993. Professeur au conservatoire de Versailles, cette grande dame de théâtre eu comme élève un certain… François De Mazières.

« Gérer un théâtre ça ne s’improvise pas »