Compagnie L'Air de Rien | Ouest France – La compagnie l’Air de rien à nouveau inspirée par Churchill – Arromanches-les-Bains
17101
post-template-default,single,single-post,postid-17101,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Ouest France – La compagnie l’Air de rien à nouveau inspirée par Churchill – Arromanches-les-Bains

Ouest France – La compagnie l’Air de rien à nouveau inspirée par Churchill – Arromanches-les-Bains

Le comédien Boris Ravaine incarne Jacques Duchesne, une des voix françaises de Radio Londres sur les ondes de la BBC.

 

Quatre questions à…

Un petit mot de présentation sur la compagnie l’Air de rien ?

La compagnie a été créée à Versailles, en 2005, par Alice Raingeard et moi-même. Notre optique est de développer un maximum de spectacles dont nous sommes les auteurs ou les diffuseurs. Nous travaillons beaucoup avec le jeune public. Voici quelques années, nous avons choisi de nous orienter vers le spectacle historique.

Comment est née la collaboration avec l’office de tourisme d’Arromanches ?

A la suite d’une rencontre avec Frédéric Sommier et Gérard Legout, l’actuel et l’ancien directeur du musée du Débarquement. Nous avions l’envie commune de faire vivre l’histoire par le biais d’un échange artistique. Le colonel Legout cherchait comment transmettre la mémoire quand tous les témoins vivants auraient disparu. Le domaine artistique est apparu comme un complément de la découverte patrimoniale. Nous avons apporté notre pierre au devoir de mémoire avec un premier spectacle, en 2010,Churchill, la décision qui sauva le monde.

Pourquoi retrouve-t-on Churchill au coeur de votre dernière création ?

C’est une commande de l’office de tourisme qui produit la soirée. J’ai fait des recherches sur la thématique et je suis tombé sur le livre de souvenirs de Jacques Duchesne, auteur de la chronique Les Français parlent aux Français sur l’antenne de la BBC. Il y évoque sa rencontre avec Churchill. Deux aspects m’ont intéressé : montrer la Résistance autrement que par les armes et présenter l’image intime de Churchill dépeinte par Duchesne. On découvre un personnage à fleur de peau, toujours les larmes au bord des yeux. Ce n’est plus le politicien, le Premier ministre, mais un homme comme les autres avec sa sensibilité et son idéalisme. L’incarnation de l’engagement citoyen.

Quelle est la dimension contemporaine du spectacle ?

D’une part, la bande-son, signée par le musicien Sébastien Collinet, fait appel à des codes contemporains pour retransmettre toutes les émotions du personnage. Nous faisons exprès, par exemple, de n’être pas dans le réalisme. D’autre part, les valeurs défendues par Churchill sont des enseignements toujours d’actualité. Si l’histoire n’avait pas de répercussion sur nos vies, personne n’irait sur les plages du Débarquement.