Compagnie L'Air de Rien | La nouvelle République – Saint-Avertin : L’humour à l’affiche.
17123
post-template-default,single,single-post,postid-17123,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

La nouvelle République – Saint-Avertin : L’humour à l’affiche.

La nouvelle République – Saint-Avertin : L’humour à l’affiche.

Pendant quatre soirées, le Nouvel Atrium propose one-man-shows et autres comédies, assurés par des artistes locaux et nationaux.

Soirée découverte

Pour la première soirée, le festival a programmé deux solides one-man-shows. En tête de pont, Jean Patrick Douillon, auteur reconnu de la radio et de la télévision (Europe 1, Radio France, Drucker, Bouvard…), viendra faire profiter le public de son humour inspiré de l’actualité (apparemment, les journaux télévisés de 2025 sont plus drôle que ceux de 2011). Cet habitué des cabarets parisiens manie toutes les formes d’humours, et devrait mettre le public dans sa poche sans problème. En soutien, Pierre Alexandre, le prometteur local de l’étape. Ce chanteur humoriste enchaîne les dates pour présenter son spectacle, et creuse peu à peu son trou dans le paysage humoristique français, à coups de guitares et jeux de mots. Un jeune talent à suivre.

Les Cruellas

Première comédie de cette programmation, les Cruellas : trois copines en quête de l’homme idéal. Des vies de femmes racontées avec un humour féroce, une bonne dose d’autodérision, et même quelques notes de musique.

Réactions en chaîne

La deuxième comédie du festival est aussi sa tête d’affiche. Avec notamment Pascal Légitimus à la mise en scène et Smaïn sur la scène, ce spectacle a de sérieux atouts. L’histoire : le journal télévisé d’une grande chaîne étant en chute libre, le PDG se voit obligé de virer la star, qui n’est autre que son épouse. Au même moment, leur fille débarque avec un fiancé « issu d’un minorité visible »… De quoi susciter bon nombre de réaction en chaîne.

Les petits boulots de Julo Padpo

Un peu de tendresse pour finir, avec l’histoire de Julo Padpo, ex-employé d’un cirque qui vient de faire faillite, à la recherche d’un emploi. Mais quand il  présente son vélocheval (qui trotte tout seul), la Dame du guichet (fabriquée par ses soins avec des objets de récupération) ne lui propose que des petits boulots idiots, inutiles, farfelus ou dérisoires…  Un spectacle pour enfant fait de bric et de broc, et hautement interactif.